AccueilseparatorImmigration
Immigration

 

Deux vidéos réalisées par Citoyenneté et Immigration Canada (CIC), qui visent à aider les nouveaux arrivants à s’établir au Canada.

 

1.       La vidéo Avant votre arrivée au Canada, entre autres choses, recommande aux nouveaux arrivants d’avoir en main tous leurs documents d’identité et de faire traduire tous leurs documents officiels en anglais ou en français avant de venir au Canada.

2.       La vidéo Vos deux premières semaines au Canada, quant à elle, explique aux nouveaux arrivants l’importance d’obtenir un numéro d’assurance sociale, de contacter un organisme local d’aide à l’établissement et de se trouver un emploi. 

 

 

 

L’immigration : un sujet chaud

Robert Mayrand, directeur du SITO, donne une entrevue à Radio-Canada.

video1.jpg

Saviez-vous que ?

  • Au cours des siècles, le Canada et le Québec se sont développés grâce à la main-d’œuvre immigrante.
  • La dénatalité et le vieillissement de la population vont entraîner une pénurie de main-d’œuvre.
  • Pour survivre, bon nombre d’entreprises devront compter sur la main-d’œuvre immigrante dans les prochaines années
  • Les travailleurs immigrants sont en moyenne plus jeunes et plus scolarisés que les travailleurs canadiens.
  • Pour rester compétitives sur le plan international, les entreprises devront faire appel à une main-d’œuvre qualifiée d’origine étrangère.
  • En 2026, les immigrants seront responsables au Canada et au Québec de l’ensemble de l’accroissement démographique net.
  • En 2011, les immigrants seront responsables au Canada et au Québec de l’ensemble de l’accroissement net de la main-d’œuvre.

Serons-nous capable de nous adapter rapidement et efficacement ?

  • Chaque année, plus de 74,48 % des 250 000 immigrants au Canada s’installent à Montréal, Vancouver et Toronto.
  • Il en coûte  près de 40000 $ par année pour former un médecin au Canada ; une personne formée à l’étranger n’a rien coûté au contribuable canadien ou québécois.
  • Les travailleurs immigrants sont en majorité plus qualifiés que la moyenne des travailleurs canadiens et québécois.
  • En 2002, 69% des personnes immigrantes entre 24 et 44 ans détenaient un diplôme universitaire contre 22% chez les Canadiens et Québécois du même groupe d’âge.
  • En 2001, seulement 8 % des Canadiens ayant un diplôme universitaire étaient au chômage contre 34% des personnes immigrantes récentes ayant un diplôme universitaire, soit un écart de 26 %.
  • En 2001, 70% des immigrants signalaient des problèmes d’obtention d’un emploi. Parallèlement, 72% des gestionnaires étaient à la recherche de travailleurs.
  • Entre 2000 et 2002, 71 % des immigrants ayant l’intention de travailler ont dit avoir des compétences dans au moins une des deux langues officielles du pays.
  • Selon un rapport de l’ONU, les sociétés les plus ouvertes à l’immigration seront les plus développées dans les décennies à venir.
  • Les valeurs et les comportements culturels sont superficiels et éphémères.
  • Les valeurs, coutumes et cultures des personnes immigrantes permettent à la société d’accueil une remise en question et un enrichissement culturel.
  • Les immigrants désirent s’intégrer à leur société d’accueil ; à preuve, 80% d’entre eux, soit 150 000 par année, adoptent la nationalité canadienne.
  • Les personnes immigrantes participent au développement des valeurs canadiennes de diversité et d’ouverture.
  • Les personnes immigrantes partagent les mêmes désirs, rêves ou ambitions que les personnes nées au Canada et au Québec : avoir un emploi, s’acheter une maison, élever une famille, vivre dans un environnement sécuritaire.
  • Il revient à la société d’accueil de créer des conditions favorables au développement de l’employabilité de la personne immigrante et à son intégration.
  • La responsabilité de favoriser l’intégration des personnes immigrantes au sein d’une entreprise revient à l’employeur.
  • Le comportement au travail est influencé par la culture d’origine
  • La méconnaissance de la culture et des valeurs des personnes immigrantes peut être source d’incompréhension et de mésententes.
  • Si les personnes de la société d’accueil ont de la difficulté à interpréter les comportements des personnes immigrantes, les personnes immigrantes éprouvent également de la difficulté à décoder les comportements de la société d’accueil.
  • L’employeur doit encourager chez ses employés des comportements et des attitudes favorisant l’intégration des personnes immigrantes.
  • L’entreprise a tout intérêt à élaborer des politiques claires sur la gestion de la diversité culturelle au sein de son entreprise.
  • Il est très important au moment de l’embauche d’une personne immigrante de définir les attentes et les pratiques de l’organisation.
  • Les états américains et les provinces du Canada qui ont accueilli le plus de personnes immigrantes sont les états et les provinces où on observe une plus grande vitalité économique.
  • Le contrôle sur l’accès à l’exercice d’une profession au nom de la protection du public n’a rien à voir avec la compétence acquise dans le cadre d’une formation acquise à l’étranger.
  • Le potentiel et la compétence d’une personne immigrante ne sont pas nécessairement déterminés par le diplôme qu’elle possède.
  • Les personnes immigrantes doivent souvent occuper des emplois précaires malgré une formation élevée.
  • Lors de l’embauche, on cherche trop souvent à évaluer la valeur du diplôme plutôt que la compétence et le potentiel du candidat.
  • La formation reçue à l’étranger est souvent de meilleure qualité que celle donnée au Canada et au Québec.
  • La reconnaissance des acquis ne prend pas suffisamment en compte les acquis fondés sur l’expérience et rend pas toujours justice à la compétence et au potentiel d’une personne formée à l’étranger.
  • Alors qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre dans le domaine de la santé au Canada, 4000 médecins immigrants sont en attente de licences.
  • Il existe des ressources importantes pour aider les employeurs à intégrer les personnes immigrantes.
  • L’employeur a le devoir de s’informer sur la législation en vigueur.
  • Consulter des spécialistes en ressources humaines de même que s’associer à des spécialistes en développement de l’employabilité et en placement en emploi des travailleurs immigrants est dans le meilleur intérêt de tout employeur.
  • L’employeur n’a pas à se laisser intimider par des personnes immigrantes promptes à crier au racisme ou à la discrimination quand quelque chose leur déplaît.
  • En 2001, 70% des personnes immigrantes ayant un diplôme universitaire étaient en emploi alors que 85% des Canadiens de souche ayant un diplôme universitaire étaient en emploi, soit un écart de 15%
  • À compétence égale, les employeurs ont tendance à favoriser un Nord-Américain de souche quand vient le temps d’embaucher.
  • Les attitudes racistes sont grandement préjudiciables à l’embauche des minorités visibles
  • Il est préférable qu’une personne immigrante ait un emploi en fonction de sa compétence plutôt que d’occuper un emploi précaire ou de vivre de l’assistance emploi.
  • Dans un contexte de mondialisation, les travailleurs immigrants peuvent aider à l’ouverture de nouveaux marchés à l’étranger.
  • La majorité des personnes immigrantes s’intègrent à la communauté anglophone, ce qui contribue à réduire le poids démographique des Francophones (chez les anglophones, 1 personne sur 5 est immigrante, alors que chez les francophones, c’est 1 personne sur 20)
  •  Les idées nouvelles proposées par les personnes immigrantes ajoutent une nouvelle dimension à la cause francophone et l’enrichissent.
  • Les principaux facteurs à l’origine du choix d’une destination par les immigrants sont : une masse critique d’immigrants déjà installés aux antécédents similaires ; une collectivité d’accueil ; des services offerts par la communauté et notamment les services aux immigrants et des possibilités pédagogiques, culturelles et économiques.
  • Pour survivre, bon nombre d’entreprises devront compter sur la main d’œuvre immigrante dans les prochaines années.
  •  Dans quelques années, la proportion du nombre de francophones ontariens issus de l’immigration va croître considérablement.
  •  L’employeur a un rôle déterminant dans l’insertion en emploi des travailleurs immigrants.
  • Les personnes immigrantes ont toujours contribué à façonner et à faire évoluer les sociétés canadienne et québécoise.
  • Un employeur peut faire la différence en matière de la gestion de la diversité culturelle au sein de son entreprise.
  • Les sociétés les plus ouvertes à l’immigration seront les plus développées dans les décennies à venir.
  • Embaucher une personne, c’est plus que de donner un emploi à quelqu’un : c’est bâtir une équipe.
  • La diversité culturelle favorise la performance d’une équipe de travail.
  •  En 2008-2009,  21,2 % des personnes immigrantes qui sont venus au SITO détenaient une maîtrise ou un doctorat, 39,58 % un baccalauréat et 23,32 % un diplôme de niveau collégial.

Besoins

Compte tenu du vieillissement de la population et de la dénatalité, le Québec rsique de faire face à une pénurie de main-d’œuvre qui va handicaper son développement socio économique. Pour en savoir davantage sur ces questions, consultez les faits saillants présentés ci-dessus ainsi que les sites suivants :

Valeur ajoutée

Les travailleurs immigrants arrivés au cours des dernières années au Québec représentent une valeur ajoutée pour la société québécoise et pour son développement socioéconomique.  Pour en savoir plus sur leur niveau de scolarité, leur provenance, leurs domaines d’emploi, leur provenance, la répartition hommes/femmes, consulter les rapports annuels du SITO , les faits saillants présentés ci-dessus et les liens suivants :

Liens

Zhining Qi (Chine)

J'ai participé dans le programme de PFPE du SITO immédiatement aprÚs mon cours de francisation. Je pense que je bénéficie du programme à améliorer mon français au lieu de travail. Je...


Tous les témoignages
Les Ă©tats amĂ©ricains et les provinces du Canada qui ont accueilli le plus de personnes immigrantes sont les Ă©tats et les provinces oĂč on observe une plus grande vitalitĂ© Ă©conomique.

Abonnez-vous au bulletin électronique du SITO

Chercheurs d'emploi
Employeurs
Autre